2ème édition 2021 de l’Appel à Projets du Fonds d’Appui à l’Industrie cinématographique : Plusieurs projets cinématographiques primés !

La deuxième édition de l’Appel à projets pour le financement des projets de coproduction, de production, de postproduction et de développement de scénario de films, placée sous le thème de « Cinéma et citoyenneté » et organisée par le Fonds d’Appui à l’Industrie cinématographique (FAIC), a livré son verdict le jeudi, 30 décembre 2021. C’était à la faveur d’une cérémonie officielle de proclamation des résultats doublée de la remise des prix aux lauréats, présidée par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly GUINDO, au Mémorial Modibo KEITA.

Pour cette deuxième édition, 17 dix-sept (17) dossiers étaient en lice sur lesquels onze (11) dossiers ont été jugés complets et six (6) incomplets.

A l’issue de plusieurs semaines de dépouillement, la sous-commission chargée de la sélection, de l’évaluation et du chiffrage, présidée par le Professeur Fodé Moussa SIDIBE, a décerné 7 prix dans les trois catégories en compétition.

Dans la catégorie développement, les projets de deux jeunes réalisatrices sont retenus. Il s’agit de « FASO » de Salimata TAPILY (Woklo Barka) et de « CARREFOUR » de Fatoumata Tioye COULIBALY (Procom).

Dans la catégorie Production, deux films ont été retenus également. Il s’agit de « PSYCHOSE » du célèbre réalisateur Souleymane CISSE (Films Cissé) et « DOLO » du réalisateur Ousmane SAMASSEKOU (de DS Prod).

En Post-production, trois projets ont été retenus pour financement. Il s’agit de « BEIRYEY-HOU » d’André S. DIARRA (DS Prod), « KLEMA » du réalisateur Boubacar GAKOU (Films du 7) et « L’APPEL DU MASQUE DIARRAWARA » du réalisateur Dramane TRAORE (Golden Light).

Le ministre en charge de la Culture a rappelé que cet appel à projet visait à récompenser les plus méritants et encourager les futurs potentiels candidats. Il s’agissait en effet, à travers cette 2ème édition, d’identifier les films de bonne qualité pouvant faire l’objet d’accompagnement pour hisser le Mali dans son rang de grand pays producteur de films compétitifs. Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly GUINDO a également souligné le don de soi de la Direction générale du FAIC, dirigé par Dr Bréma Moussa KONE, pour avoir « consenti d’énormes sacrifices pour apporter le soutien aux acteurs du cinéma malgré le manque de ressources. Le FAIC n’a pas hésité un seul instant, à se priver de ses ressources destinées à la réalisation de ses activités de fonctionnement ordinaire pour promouvoir ces appels à projets afin de donner espoir aux acteurs du cinéma pour le financement de leurs projets. »

CC/MACIHT